Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Le magazine pour tous

Sophie Marceau, heureuse de l’inscription de l’IVG dans la constitution française

L'actrice Sophie Marceau porte une élégante robe rouge

Sophie Marceau, célébrissime actrice du cinéma français, a publiquement manifesté sa satisfaction suite à l’inscription historique du droit à l’IVG dans la Constitution française. Le 4 mars 2024, cette mesure a été validée après un vote réunissant députés et sénateurs, faisant de la France le premier pays au monde à installer le droit à l’avortement dans sa Constitution. Sur Instagram, la comédienne a partagé son enthousiasme, soulignant l’importance de cette décision pour les droits de ses concitoyennes.

L’actrice, prudente à s’exprimer sur des sujets sociopolitiques, n’a pas hésité à critiquer ouvertement les opposants à cette mesure, notamment le président du Sénat de l’époque, Gérard Larcher. Son engagement en faveur de l’IVG a suscité une vague de réactions négatives de la part de certains milieux conservateurs et "pro vie", qui l’ont attaquée sur les réseaux sociaux, qualifiant l’avortement de "meurtre".

Sophie Marceau a néanmoins réaffirmé sa position, se réjouissant de cette victoire pour les femmes françaises. Elle a rappelé que cette évolution constitutionnelle n’empêchait en rien la poursuite de la maternité pour celles qui le souhaitent, mais garantissait avant tout la liberté de chacune. Elle a souligné le rôle pionnier de la France dans la protection des droits des femmes et dans leur capacité à décider pleinement de leur avenir.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution représente une sécurisation de ce droit face aux éventuelles velléités politiques futures de le remettre en question. Sophie Marceau, à travers son message, a voulu rappeler l’importance du respect du choix des femmes et de leur droit de disposer de leur corps.

Rappelons que la mythique Simone Veil avait fait l’objet de très violentes attaques lorsqu’elle a défendu le droit à l’avortement, il y a bientôt un demi-siècle en 1975 sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing.