Le magazine pour tous

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Meghan Markle : dépression à l’horizon ?

Meghan Markle l'ancienne actrice semble boudée par les royautés et le monde du spectacle auquel elle a appartenu

Meghan Markle fait face à des revers dans sa tentative de relancer sa carrière à Hollywood. Ancienne vedette de la série Suits, ses projets ambitieux pour 2024 semblent se heurter à des obstacles inattendus.

Engagée initialement avec WME, une agence de renommée, Meghan a vu son nom disparaître de leur site, soulevant des interrogations sur le statut de leur collaboration. Ses récents efforts pour obtenir des rôles dans l’industrie se sont limités à une apparition publicitaire.

Suite à cette déception, son contrat a été repris par Harry Walker Agency, spécialisée dans les conférences. Ici également, Meghan ne figure pas parmi les priorités, éclipsée par des personnalités telles que l’ancien chef du gouvernement britannique Boris Johnson.

Son partenariat avec Spotify a également pris fin subitement l’année dernière. Son podcast, Archetypes, n’a pas eu le succès escompté. Le projet de ses mémoires semble de plus en plus incertain. Les éditeurs, désireux de voir des extraits, se heurtent à la réticence de Meghan à suivre les procédures éditoriales communes au secteur.

La duchesse de Sussex voit donc ses ambitions hollywoodiennes s’étioler. Son isolement croissant se manifeste également dans ses relations avec d’anciens collègues de Suits, avec des rumeurs d’exclusion d’un groupe WhatsApp. Lors des récents Golden Globes, l’absence de Meghan, dont les dépenses de garde-robe n’ont jamais été aussi élevées qu’en 2023 à en croire les tabloïds, a suscité l’interrogation alors que ses anciens partenaires de Suits eux y étaient.

Cette situation alimente des spéculations sur un possible retour en Angleterre avec le prince Harry alors qu’ils y sont très impopulaires selon les sondages. Toutefois, les incertitudes demeurent quant à leur avenir au Royaume-Uni et leurs relations avec la famille royale, notamment le roi Charles III.