Le magazine pour tous

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le cauchemar de Taylor Swift à Londres ?

La chanteuse Taylor Swift porte un chapeau

Une nouvelle action coup de poing du collectif Just Stop Oil a eu lieu ce jeudi 20 juin à l’aéroport de Londres Stansted. Deux militantes pour le climat ont aspergé de peinture orange les jets privés présents sur le tarmac. Elles pensaient y trouver celui d’une certaine Taylor Swift

Les militantes, nommées Cole et Jennifer, ont pénétré sur le tarmac aux alentours de 5 h du matin, coupant la clôture pour atteindre l’aérodrome où était supposé se trouver l’avion de la star.

Les manifestants de Just Stop Oil se sont introduits dans un aérodrome privé pour vandaliser le jet privé de Taylor Swift. Aucun des deux avions vandalisés n’appartient à Taylor Swift — @PopCrave sur X, anciennement Twitter

Leur objectif : exiger un traité d’urgence pour éliminer les combustibles fossiles d’ici 2030. Elles dénoncent les émissions massives de CO2 des jets privés, soulignant que les passagers de ces vols sont responsables de 14 fois plus d’émissions que ceux des vols commerciaux.

Taylor Swift, qui doit se produire ce week-end à Londres, est particulièrement visée par cette action. Son jet privé serait l’un des plus utilisés par les célébrités, émettant plus de 8 000 tonnes de carbone. Mais heureusement pour la star, son jet a été épargné par cette attaque.

Cependant, un porte-parole de la richissime chanteuse a précisé que Swift n’était pas toujours présente à bord, son avion étant également utilisé par d’autres personnes.

La police de l’Essex a confirmé que l’aéroport et les vols continuaient de fonctionner normalement malgré l’incident. Les militantes ont été arrêtées, accusées de dommages criminels et d’entrave au fonctionnement des infrastructures nationales. Ces actes controversés de Just Stop Oil se multiplient, touchant musées, événements sportifs et sites historiques comme Stonehenge, récemment repeint de la même manière.

Ces gestes ont été largement condamnés par les autorités britanniques, y compris le Premier ministre Rishi Sunak en personne.