Le magazine pour tous

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quand George Clooney ne veut plus voir Biden

George Clooney souriant devant un drapeau des États-Unis

La pression ne cesse de monter sur Joe Biden. Cette fois-ci, George Clooney s’improvise moralisateur en demandant au président démocrate de renoncer à un second mandat. Dans une tribune parue dans le New York Times, l’acteur hollywoodien pointe du doigt l’âge avancé de Biden et la détérioration de ses facultés. Selon Clooney, Biden ne pourra pas vaincre le temps, peu importe ses succès passés.

Clooney, grand donneur de leçons et fidèle soutien du Parti démocrate, s’est toujours opposé fermement à Donald Trump. Après l’assaut contre le Capitole en janvier 2021, il affirmait même que Trump méritait "les poubelles de l’Histoire". Lors d’un récent gala à Los Angeles où 28 millions de dollars ont été levés pour Biden, Clooney a apparemment constaté la fatigue du président de 81 ans. "Il n’était pas le Biden de 2020", a-t-il jugé.

D’autres stars hollywoodiennes, comme Reed Hastings, cofondateur de Netflix, et Abigail Disney, philanthrope et héritière de Disney, rejoignent Clooney dans sa croisade. Hastings appelle à un candidat plus vigoureux, tandis que Disney propose de soutenir Kamala Harris. Certains évoquent même Michelle Obama comme solution miracle.

La santé de Biden, sujet de moqueries et d’inquiétudes, devient un point central de la campagne, ce qui favorise le provocant Trump, actuellement en tête des sondages avec six points d’avance. Des rumeurs sur les visites fréquentes d’un spécialiste de la maladie de Parkinson à la Maison-Blanche ont amplifié les spéculations, malgré les démentis officiels.

Biden tente de rassurer ses troupes en appelant à l’union pour remporter la victoire. Il se dit déterminé à rester dans la course et à battre Trump, affirmant que seule une intervention divine pourrait le faire changer d’avis. Cependant, si les grands donateurs démocrates arrêtent leurs contributions, la stratégie du parti pourrait bien évoluer rapidement. Au plus grand plaisir du mythique acteur américain, amateur de bon café.